V.Club désarçonne Al Masry (4-0) et se hisse haut la main en finale de la Coupe de la Confédération

 Publié le 25/10/2018 à 09h59

V.Club désarçonne Al Masry (4-0) et se hisse haut la main en finale de la Coupe de la Confédération

L’AS Vita Club de Kinshasa a désarçonné Al Masry d’Egypte en lui infligeant le score sans appel de 4-0, mercredi 24 octobre au stade des Martyrs, à Kinshasa, pour se hisser haut la main en finale de la 15 Coupe de la Confédération, prévue pour l’aller le vendredi 23 novembre 2018 à Casablanca face au Raja, qualifié en éliminant Enyimba du Nigeria et le retour le vendredi 30 novembre à Kinshasa.

Les Dauphins noirs qui jouaient leur va-tout n’ont pas tergiversé face à une équipe égyptienne qui avait encore toutes ses chances pour aller également en finale. Jean-Florent Ibenge, leur entraîneur, disait en conférence d’avant-match : « Nous sommes condamnés à gagner. Pas de calcul pour nous dans ce match. La victoire est le seul résultat qui nous maintiendra en vie. Nous avons en face une équipe de Masry qui n’a rien à perdre et qui jouera à fond . »

Malgré un score piège à l’aller (0-0) à Port-Saïd et conscients de l’enjeu, les vert et noir kinois ont entamé la rencontre avec une détermination et une maîtrise du ballon sans pareil techniquement et tactiquement devant un stade en folie. Et, ils ont très vite pris les devants. Sur un coup de coin livré par l’ailier Jésus Moloko Ducapel, Eddy Ngoy Emomo, (1-0, 6min) posté au point de penalty, s’impose dans les airs d’une tête tranchante. Menés, les visiteurs réagissent par le duo Mohamed Mohamed-Farid Shawky Ali Elmarghany et pensent même égaliser mais leur but est logiquement refusé pour une faute sur le gardien Nelson Lukong Bongaman. L’objectif n’étant donc pas encore atteint, les hommes de l’entraîneur Jean Florent Ibenge Ikwange doivent rassurer davantage leur avance. Ils repartent de l’avant et après une occasion gâchée par Moloko qui bute sur le portier égyptien Ahmed Abdelhalim, Emomo bénéficie d’une remise en retrait de Fabrice Ngoma Luamba, servi lui-même latéralement par le défenseur de ligne Djuma Shabani, pour signer le but du break d’une magnifique reprise du pied gauche dans les 20m (2-0, 38min ). Le stade chavire dans une ambiance indescriptible !

Au retour des vestiaires, les Dauphins Noirs subissent clairement le jeu et il faut un sauvetage de la tête du stopper Padou Bompunga Botuli (54 min), qui supplée son gardien sur sa ligne, pour empêcher la réduction du score. Sur un ballon qu’il couvre dans l’espoir de le laisser filer dehors, le latéral gauche Glody Ngonda est ahuri de le voir changer des pieds. Ali Gomaa (63 min ) s’en saisit le long de la ligne de fond mais va s’empaler sur le gardien Nelson Lukong. Le manque de réaction de l’arbitre seychellois Bernard Camille amène l’entraîneur égyptien Hossam Hassan à briser violemment des chaises en plastique sur le tartan. Il n’empêche que, beaucoup plus réalistes, les locaux se mettent finalement à l’abri grâce à l’inévitable Jean-Marc Makusu Mundele (3-0, 75 ), lancé sur une superbe louche dans le dos des défenseurs égyptiens, mal alignés, qui efface le portier adverse avec réussite. Après déjà plusieurs montées de tension, les esprits s’échauffent suite à ce but que les hommes du sanguin coach Hossam Hassan estiment complètement à tort entaché d’un hors-jeu, les images de l’action étant pourtant formelles. Après avoir menacé de quitter le terrain, les Égyptiens reviennent à de meilleures intentions, six minutes plus tard. Le petit arrière Mohamed Koffi (84 min ) est même sur le point d’obtenir la révision des chiffres avec une frappe enroulée sur la barre. Cependant, à peine entré, Néhémie Mukoko Batezadio commence par envoyer dans les nuages un shoot de près (86 min) avant de se résoudre à une solution individuelle en partant du flanc gauche pour passer en revue la défense égyptienne et placer un tir précis à ras du sol hors de portée du dernier rempart Ahmed Abdelhalim (4-0, 88 min ).

avec ACP

Articles similaires